La cliodynamique au service de la conscience collective globale

[latexpage]

Image: Interplay of clock hands, gears, lights and numbers on the subject of time sensitive issues, deadlines, scheduling, temporal computational processes, digital technologies, past, present and future.
Copyright: agsandrew on shutterstock

Dans l’antiquité, les Grecs et les Romains ont éprouvé le besoin de définir l’Histoire comme une matière indispensable à la bonne éducation de la jeune élite. Alors que l’athénien Thucydide considérait l’histoire comme un perpétuel recommencement1)Thucydide, L’histoire de la guerre du Péloponnèse, Ve s. av. J.-C., Cicéron qui était un consul romain écrivait quelques siècles plus tard que « l’histoire est le témoin des temps, la lumière de la vérité, la vie de la mémoire »2)Cicéron, Pensées sur la vie, Ier s. av. J.-C.. Nos prédécesseurs n’ont jamais cessé de chercher à comprendre les mécanismes qui articulent les processus dynamiques de l’Histoire. C’est pourquoi, dans la continuité de la pensée de nos aïeux, SocDis considère qu’il est impératif de se doter d’une approche pragmatique pour comprendre l’Histoire et qu’il est opportun de réfléchir sur l’existence d’un lien entre l’Histoire et les mathématiques. Autrement dit, il est légitime de se demander s’il existe une loi spécifique qui régit l’Histoire3)Une loi tendancielle et régressionnelle, dans la mesure où le réel est d’une complexité infinie..

Peter Turchin a posé les bases en 2003 d’une science appliquée à l’Histoire qu’il a appelée la cliodynamique4)De Clio, la muse de l’Histoire dans la mythologie grecque, et de la science des dynamiques qui étudie comment les processus évoluent dans le temps. Il s’agit donc ici d’une approche processuelle et donc complexe par essence.. Ce dernier avance que sans les mathématiques l’Histoire est condamnée à rester une science molle, menant à des conclusions fausses. D’une part la cliodynamique cherche à comprendre, et à expliquer pourquoi par exemple les empires naissent et disparaissent, les populations et les économies peuvent prospérer un jour puis connaître des difficultés et s’effondrer5)Nous invitons notre lecteur à lire l’un de nos précédents articles : « Déclin des sociétés complexes, naissance de la société distribuée ».. D’autre part cette nouvelle science propose d’appliquer une méthode scientifique à l’Histoire en traduisant des événements historiques en modèles mathématiques. Les chercheurs en cliodynamique sont convaincus que l’utilisation de grandes bases de données historiques, permet de faire des prédictions et de comprendre les processus sociaux sur la longue durée grâce à des modèles mathématiques entre autre, mais aussi grâce à la simulation à base d’agents. En effet, ces recherches doivent transformer d’une part l’Histoire en une science analytique et prédictive et d’autre part elles doivent permettre aux chercheurs de comprendre les principes généraux qui expliquent le fonctionnement des différentes sociétés historiques. Ils auront la possibilité de confronter leurs nombreuses théories avec ces données et pourront par conséquent en rejeter certaines pour en privilégier d’autres. Un bon exemple de l’application réussie de cette approche est par exemple le travail des lauréats du Prix Nobel d’économie Robert Fogel et de Douglass North, portant sur la faisabilité économique de l’esclavage aux États-Unis avant la Guerre de Sécession.

Les sociétés humaines sont composées d’individus et de différents types de groupes qui interagissent de manière complexe. Du fait de la « liberté » d’action des individus, le monde et les civilisations sont complexes et les processus qui les régissent sont difficilement prévisibles. Par ailleurs, à cette complexité s’ajoute le mécanisme encadrant les dynamiques sociales qui varient au cours des périodes historiques et en fonction des zones géographiques. Par exemple, l’Histoire nous montre que les États préindustriels étaient victimes d’instabilité politique récurrente tous les deux ou trois siècles. Ces instabilités ont eu pour conséquences de nombreuses populations touchées par des guerres non interétatiques. Les chercheurs ont alors pu établir la présence de cycles séculaires, c’est-à-dire l’existence d’une relation entre la croissance de la population et le déclenchement des crises nationales comme ce fut le cas par exemple en Europe avec la croissance démographique du XIIIe siècle qui a été suivie par « la crise de la fin du Moyen Âge » débouchant sur les 100 ans de guerre en France, sur les croisades contre les hussites de l’Empire Germanique, et sur la Guerre des Deux-Roses en Angleterre. Au XVIe siècle, la croissance démographique a de nouveau été suivie par des instabilités à cause des guerres de religions en Europe, la Fronde en France, les 30 ans de guerre en Allemagne et la Glorieuse Révolution d’Angleterre. Cette tendance démographique s’est reproduite au cours du XVIIIe siècle en étant à l’origine de la Révolution capitaliste et bourgeoise6)Appelée Révolution française de 1789, ainsi que les révolutions paneuropéennes de 1848 – 1849. Toutefois, les chercheurs nuancent. La simple croissance démographique n’explique pas le mécanisme entier des processus historiques. Dans les cas de figure précités, Peter Turchin montre que le facteur « élite » joue un rôle crucial puisque l’augmentation du nombre de membre faisant partie de l’élite cause des conflits entre les différentes factions de cette même élite. Cette rivalité au sein de la même classe sociale s’accompagne également d’une inflation qui pèse sur les revenus, développant par là même une crise fiscale de l’État touché par ce problème. Tous ces éléments réunis ensemble créent une situation explosive qui fait chavirer l’autorité centrale et mène à la destitution des représentants. Cette approche analytique et mathématique de l’Histoire nous dévoile de nouvelles opportunités d’étude en retrouvant des patterns et des dynamiques identiques entre des sociétés totalement différentes comme l’Empire romain, la Chine sous la dynastie Han ou encore la France médiévale. Toutefois, il faut tenir compte du fait que l’étude de tels processus sur une longue période requiert une vision à long terme et une approche explicitement historique. L’apport de telles prédictions rétrospectives, qui sont également appelées « rétrodictions »7)Antonyme de « prédictions », rend possible la confrontation de deux théories rivales qui mènent à des prédictions différentes selon le comportement attribué aux variables tel que le taux de naissance, l’inflation, l’alphabétisation, etc. En explorant les archives historiques et en exploitant les données extraites, il sera possible de faire des prédictions qui correspondent le plus fidèlement possible aux données, c’est-à-dire aux faits et non aux idées a priori que l’on se fait.

Finalement, à l’horizon de quelques décennies et en s’appuyant sur les acquis de la cliodynamique, notre société pourrait être capable non seulement de comprendre le passé mais également être apte à calculer tendanciellement par avance les conséquences des différents choix sociaux qui sont à sa portée. L’objectif clé est de pouvoir développer des systèmes sociaux dans des directions désirées afin d’éviter la survenance d’actions aux conséquences involontaires. Aujourd’hui, des structures, aussi bien étatiques que privées, ont remarqué que les phases cycliques que nous avons évoquées précédemment sont sources d’imprévisibilités pour les sociétés humaines et par conséquent l’issue au bout de ces périodes temporelles peut s’avérer catastrophique. Pour parer à ces conséquences dommageables différents organismes ont mis au service de l’Histoire et de la Politique l’utilisation de méthodes d’« Intelligence Artificielle ». En effet, différents projets ont été initiés : Planetary Skin8)http://www.planetaryskin.org/ aux États-Unis, Living Earth Simulator au sein de l’Union européenne, The Global Consciousness Project9)Subventionné par la fondation américaine : Institute of Noetic Sciences, http://noosphere.princeton.edu/ à l’Université de Princeton et le Nooscope en Russie. L’objectif de ces projets est l’étude de la conscience collective de l’humanité. Le fait de recevoir et d’enregistrer les changements des habitudes humaines, permet aux chercheurs de constater les modifications majeures dans la vie de l’humanité et d’orienter par là même les choix des individus grâce à l’analyse de la noosphère10)Selon la pensée de Vladimir Vernadsky et Pierre Teilhard de Chardin, la noosphère désigne la « sphère de la pensée humaine », ou encore peut se définir comme le concept de « conscience collective globale ». Roger D. Nelson, le directeur du projet « The Global Consciousness Project » de Princeton explique que « les grands événements du monde qui permettent aux peuples de rassembler leurs idées et de synchroniser leurs émotions seront corrélés aux changements de comportement du réseau de Générateurs de Nombres Aléatoires (GNA)11)Le GNA est conçu pour que seule l’émotion émergente de la conscience par un système de pensées ou par l’esprit du groupe ait la capacité de modifier les séquences observées. situés sur 65 sites à travers le monde ».

Il serait aujourd’hui fortuit de rappeler les écrits de Karl Marx. Déjà, au XIXe siècle, il nous prévenait que « celui qui ne connaît pas l’Histoire est condamné à la revivre »12)Karl Marx et Friedrich Engels, Manifeste du parti communiste, 1848. En effet, si nous ne souhaitons pas refaire les erreurs du passé il est impératif de collecter les données quantitatives, de faire des prédictions et d’évaluer empiriquement l’ensemble des informations en notre possession. La science appliquée à l’Histoire nous permet finalement d’entrevoir d’innombrables possibilités d’évolution sociétale.

References   [ + ]

1. Thucydide, L’histoire de la guerre du Péloponnèse, Ve s. av. J.-C.
2. Cicéron, Pensées sur la vie, Ier s. av. J.-C.
3. Une loi tendancielle et régressionnelle, dans la mesure où le réel est d’une complexité infinie.
4. De Clio, la muse de l’Histoire dans la mythologie grecque, et de la science des dynamiques qui étudie comment les processus évoluent dans le temps. Il s’agit donc ici d’une approche processuelle et donc complexe par essence.
5. Nous invitons notre lecteur à lire l’un de nos précédents articles : « Déclin des sociétés complexes, naissance de la société distribuée ».
6. Appelée Révolution française
7. Antonyme de « prédictions »
8. http://www.planetaryskin.org/
9. Subventionné par la fondation américaine : Institute of Noetic Sciences, http://noosphere.princeton.edu/
10. Selon la pensée de Vladimir Vernadsky et Pierre Teilhard de Chardin, la noosphère désigne la « sphère de la pensée humaine », ou encore peut se définir comme le concept de « conscience collective globale ».
11. Le GNA est conçu pour que seule l’émotion émergente de la conscience par un système de pensées ou par l’esprit du groupe ait la capacité de modifier les séquences observées.
12. Karl Marx et Friedrich Engels, Manifeste du parti communiste, 1848

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!